Marseille

Designers

Designer #2 – Colas Baillieul 5

Installé dans le centre de Marseille, Colas est un designer engagé, ou plutôt indigent comme il l’affirme lui-même. En redonnant vie à des cagettes récupérées les jours de marché, Colas redonne une touche de poésie à des objets en désuétude. Aujourd’hui, Wiithaa vous propose 2 tabourets de ce designer unique.

colas-baillieul-upcycling

« Les bons jours, je trimballe toujours des piles de cagettes avec mon diable dans les rues de Marseille. En fin de marché, en fonction des arrivages, des saisons, je les choisis, les glane, les désosse. Après, il ne reste que des planchettes en contreplaqué de peuplier fines (3mm) et fragiles, des coins d’assemblage en pin, des claies en peuplier déroulé, des feuilles de papier tachées, des filets de plastique multicolores et quelques étiquettes.

C’est « la matière première »

Les œuvres qui sortent de l’atelier sont plus légères aussi, les meubles se sont débarrassés de charpentes, de renforts, de plateaux. Les cagettes ne sont plus un simple plaquage, une décoration. Les planchettes colorées agrafées et collées assurent seules la stabilité, la solidité par triangulation et contre-collage en un équilibre précaire mais rompu à l’utilisation durable. C’est le matériau même qui dicte la forme et la dimension de l’objet, du meuble.

La répétition indéfinie du module en double pyramide tronquée, peut faire varier l’œuvre, du simple objet aux multiples utilisations, à la sculpture monumentale qui se déploie dans l’espace. »

bureau-cagette-colas-baillieul

Le cageot.
A mi – chemin de la cage au cachot, la langue française à cageot, simple caissette à claire-voie vouée au transport de ces fruits qui de la moindre suffocation font à coup sûr une maladie.
Agencé de façon qu’au terme de son usage il puisse être brisé
sans effort, il ne sert pas deux fois.
Ainsi dure-t-il moins encore que les denrées fondantes ou nuageuses
Qu’il enferme.
A tous les coins de rues qui aboutissent aux halles,
il luit encore de l’éclat sans vanité du bois blanc.
Tout neuf encore, et légèrement ahuri d’être dans une pose
maladroite à la voirie jeté sans retour, cet objet est en somme
des plus sympathiques, sur le sort duquel il convient toutefois
de ne s’appesantir longuement.

Francis Ponge. Le parti pris des choses. 1942.

tabouret-cagette-upcycling

« Dans sa forme c’est une réplique fragmentée en cagette de «La colonne sans fin» que Constantin Brancusi tailla dans les années 20. Ainsi l’œuvre est douée d’ubiquité, au changement de forme succède le changement d’échelle et de point de vue. »

tabouret-cagette