En quoi l’impression 3D peut rendre l’économie plus circulaire ?

Mar 04, 2014

L’impression 3D est un des buzz du moment, tout le monde en parle. Même si les usages sont encore peu répandus, les possibilités offertes par les premières imprimantes 3D grand public offrent déjà des perspectives intéressantes. Néanmoins, on évoque cet outil principalement pour fabriquer des coques de smartphone personnalisées ou des figurines. Cet outil est pourtant une véritable opportunité pour avoir des impacts majeurs d’un point de vue sociétal et pour nous rapprocher d’une économie circulaire.

Quand on regarde de plus près, les paramètres économiques, sociaux et environnementaux peuvent être complètement modifiés. En effet, cet outil peut permettre une relocalisation de la production et permettre la création de nouvelles activités en développant des « savoir-faire 2.0 ». Cette relocalisation permettra de sortir d’une production de masses, complètement centralisée, et les coûts de transports qui vont avec. Cela sous-entend de sérieuses économies d’énergies mais aussi une production plus adaptée aux besoins et surtout sans déchet. Enfin, cela permettra une résilience accrue des territoires et de repenser le recyclage des matières qui pourront être utilisées en tant que matière première de ces outils. Voilà quelques unes des implications auxquelles nous pensons à première vue… Néanmoins, en s’inspirant de la Nature, on se rend compte de nouvelles possibilités encore inimaginables il y a quelques années.

En effet, cette technique d’impression couche par couche permet finalement de produire comme le fait la Nature au niveau nano-moléculaire en repartant d’une chimie à la fois complexe et saine. Comme l’a très bien expliqué Janyne Benius, la fondatrice de Biomimicry 3.8, « nous imprimerons bientôt au niveau nano comme nous imprimons aujourd’hui avec nos cartouches d’encres ». Ces possibilités permettront de concevoir et produire des produits plus proches de la Nature, donc de reproduire le cercle vertueux créé par celle-ci, et donc de donner naissance à l’upcycling à grande échelle.