Après la COP21, place à l’action

Voilà quelques jours que la COP21 s’est terminée, la communauté internationale est parvenue à se mettre d’accord sur un texte commun, beaucoup s’enthousiasment même si les prédictions scientifiques restent plutôt alarmantes. L’objectif de maintenir la hausse à 1,5° C est quasiment inaccessible même si, dès demain, toute l’humanité disparaissait, la température augmenterait encore de 0,6° C… Je n’insisterai pas sur les quelques subtilités du texte qui lui font perdre une certaine ambition. Quoi que l’on puisse penser des représentants politiques présents à l’évènement, nous sommes de plus en plus nombreux à penser que la solution ne viendra pas d’eux. Peu importe leur bord politique, les intérêts économiques reprennent toujours le dessus. Tout cela aurait de quoi doucher les espoirs nés durant cette quinzaine, et pourtant…

Chacun de nous représente une partie de la solution

J’ai senti beaucoup plus d’attention et d’intérêts des médias et de la part du grand public sur les problématiques de notre planète, ou plus exactement sur celles de l’humanité. En effet, petit à petit, les populations du monde entier comprennent que la planète n’a pas besoin de nous pour continuer, en revanche, en ce qui concerne notre espèce, la réciproque est nettement moins vraie. Nous faisons partie de cet ensemble unique et incroyable qu’est la Terre, l’idée que nous puissions disparaitre permet de repenser nos interactions et l’impact de nos modes de vie. En effet, chacun de nous représente une partie du problème mais, le plus encourageant, c’est que chacun de nous représente une partie de la solution. De nombreux hommes et femmes illustrent cette prise de conscience et ouvrent de nouvelles voies à explorer. L’excellent film Demain met particulièrement bien en avant ces exemples dans des domaines clés comme l’agriculture, l’énergie, l’économie ou encore l’éducation.

À l’échelle individuelle, chacun est en mesure de faire bouger les choses. Choisir des fruits et légumes de saisons, régulièrement supprimer ces mails inutiles, optimiser sa consommation d’eau sont quelques réflexes utiles et efficaces mais nos ambitions doivent aller plus loin. À l’échelle industrielle, il convient de repenser les produits et services de façon à pouvoir réconcilier pour de bon l’économie et la nature. En effet, nous devons sortir de cette tendance verte qui nous incite à seulement réduire nos impacts négatifs. Il faut désormais concevoir des business models qui tendent naturellement vers le positif où tous les impacts sont anticipés et transformés en impacts positifs pour l’entreprise mais aussi pour tout ce qui l’entoure : les partenaires, la société, la biodiversité… C’est l’essence même de la vie que de se faire plaisir et de permettre l’abondance. Il est nettement plus enthousiasmant et fédérateur de réunir des parties prenantes autour d’un projet positif, et non vers des réductions, du « faire moins mal »

Restaurer les écosystèmes tout en s’approvisionnant en matières premières comme le fait Interface aux Philippines, replanter des milliers d’arbres pour favoriser la biodiversité et absorber le carbone comme le permet l’association Pur Projet, repenser l’agriculture comme le font de plus en plus de paysans initiés à la permaculture comme à la ferme du Bec Hellouin sont quelques illustrations lumineuses de ce nouveau paradigme en train de naître.

Couverture du livre économie circulaire.

Un livre pour ajouter sa brique à l’édifice

Voilà pourquoi avec Nicolas et Flora, nous sommes heureux de pouvoir ajouter notre petite brique à l’édifice à travers notre livre sur l’économie circulaire. Vous y retrouvez de nombreux outils et exemples qui vous aideront à créer de nouvelles opportunités économiques, sociales et environnementales autour de vous. Nous avons également eu la chance de compter sur les soutiens de Didier Toqué, Directeur Général de Nouvelle Attitude, filiale du groupe La Poste ainsi que de Corinne Lepage, Ministre de l’environnement pour les préface et postface. Nous espérons que ce livre permettra à chacun d’ajouter de nouvelles briques pour que, tous ensemble, nous soyons en mesure de répondre à ce défi colossal que représente le changement climatique.

Voici également de quoi vous donner un bref aperçu du livre avec les 15 premières pages du livre avant d’aller chez votre libraire le plus proche ou bien à la FNAC ou sur Amazon.

Add CommentYour email address will not be published