Lancement partenariat pédagogique Enactus France - Wiithaa, Activer l'Économie Circulaire •

Histoires du nid

Lancement partenariat pédagogique Enactus France 0

Née en 1975 aux Etats-Unis, Enactus est un ONG qui a pour objectif d’aider les étudiants à entreprendre pour faire bouger le monde. Présente dans 40 pays, 1 600 universités elle touche aujourd’hui plus de 62 000 étudiants à travers le monde, pour leur permettre de développer leurs projets à impacts positifs à travers une communauté d’experts et profesonniels engagés, et un programme d’accompagnement de qualité.

La branche française Enactus France, association loi 1901, d’intérêt général, a été créé en 2002 et est présente dans de nombreuses écoles et universités. Sa mission ? « Développer l’esprit d’entreprendre et l’engagement des jeunes au service de la société. Pour cela, Enactus accompagne les jeunes dans la conception et la mise en œuvre de projets d’entrepreneuriat social avec l’implication de professionnels de l’entreprise et du corps enseignant. »

En tant qu’agence à l’initiative d’outils de développement de projets et business model pour une économie circulaires et régénérative, Wiithaa a trouvé évident de mettre à disposition des étudiants sa démarche. C’est donc naturellement que Wiithaa et Enactus France on signé un partenariat pédagogique qui se traduira par l’intervention des équipes Wiithaa dans les évènements et séminaires semestriels et la mise à disposition des entrepreneurs de demain les outils et guides d’utilisation Circulab.

La première intervention se fera le 25 novembre prochain lors du séminaire Éclosion 2017 à Neoma Business School. Justine interviendra en tant qu’expert économie circulaire auprès des groupes projets pour les aider à synthétiser le business model de leurs projets de manière écosystémique en vue d’identifier les impacts négatifs générés et les flux à valoriser, pour les améliorer grâce aux principes de l’économie circulaire.

Dans le cadre de ce partenariat, Justine Laurent était interviewée par les équipes d’Enactus France. Interview complète à découvrir sur le site.

 » Le Circulab en trois mots c’est quoi ?
Le Circulab est le catalyseur de l’économie circulaire. C’est une méthodologie ludique et participative pour faciliter la transition à un monde sans déchet.

Qu’est-ce qui différencie le Circulab ?
Le Circulab est une méthodologie dans laquelle figure différents outils. Nous nous sommes inspirés de choses qui existaient déjà, qui ont prouvé leur efficacité dans une économie dite « linéaire » pour les adapter à l’économie de demain, une économie sans déchet.
Le Circulab board par exemple, aise à concevoir et cartographie un modèle économique mais en intégrant la notion de fin de vie des produits et composants ainsi que la notion d’externalités qu’elles soient sociales ou environnementales.
Aux outils qui existent déjà sur les sujets liés au développement durable ou à l’économie environnementale par exemple, nous apportons un côté ludique et coopératif à travers le jeu.

Le Circulab network a permis la formation de consultants du monde entier : était-ce une volonté de Wiithaa de se développer à l’international ou est-ce que cela s’est produit via la diffusion de vos outils ?
Nous sommes deux chez Wiithaa actuellement ; nous avons la même formation, ce qui est un pur hasard. C’est pourquoi nous nous efforçons de nouer des partenariats solides, notamment avec une agence de design industriel et des experts indépendants. L’économie circulaire concerne tous les secteurs et tous les niveaux de la chaîne de valeur, elle suppose également d’intégrer les spécificités locales des territoires et la collaboration.
Nous avons dans un premier temps formé à l’approche quelques consultants indépendants en France pour nous accompagner sur des services et pour mettre en commun les différentes ressources. Et le réseau a grandi petit à petit, jusqu’à s’étendre à l’international, avec des outils traduits en 5 langues et un ensemble d’expertises très variées.

Vous travaillez également avec les universités, qu’est-ce que peuvent apporter les projets étudiants à Wiithaa ?
Nous intervenons auprès des Master 2 & MBA ainsi qu’auprès de licences 2 et licences 3. Nous travaillons avec les écoles de commerce, les écoles d’ingénieurs, les écoles de designs etc… La puissance de nos outils réside dans l’adaptation de nos outils aux différents profils.

Nous avons moins de limites avec les étudiants, ce qui permet parfois de développer plus facilement leur créativité, et donc la notre. Ils ont également de supers retours à chaud à nous transmettre à travers l’ « apprendre par le faire », aussi bien sur les outils que sur les cas pratiques.

Nous essayons de travailler avec eux sur des cas concrets, concernant des partenariats avec leur université ou école, ou leurs projets de fin d’étude. Cela permet de les sensibiliser sur des thématiques qui touchent directement leurs établissements et qui leur permettent également de leur apporter une expertise sur leur futur métier. »

Merci à toute l’équipe et à très vite !

Histoires du nid

Offre de stage – designer 0

Pour nous aider à activer l’économie circulaire, nous sommes à la recherche d’un(e) designer motivé(e) et proactif/ve pour une durée de 6 mois.

En quelques mots, qui sommes-nous ?

Wiithaa est une agence de design dédiée à l’économie circulaire. À travers des missions allant de l’étude d’opportunités au design de produits ou services, nous aidons les organisations à activer l’économie circulaire. Nous travaillons avec elles pour anticiper, intégrer et appliquer les principes de ce nouveau paradigme pour concilier leur développement économique avec la société et la nature. 
Pour se faire, nous avons créé un ensemble d’outils ludiques et collaboratifs inspirés du design thinking et du biomimétisme leur permettant de sensibiliser, former et innover : le Circulab. Nous travaillons aussi bien avec des PME que des grands groupes comme L’Oréal, Suez, EQIOM ou la Poste.

Missions

 

Vous intégrerez pleinement l’équipe Wiithaa basée à Paris, pour une durée de 6 mois. En tant que designer, vous donnerez forme aux idées et projets de l’entreprise et de ses clients, de manière collaborative et proactive. 
Vous serez, entre autres, en charge de :

– veille et création de contenus

– design et mise à jour des supports web

– design des outils (serious game et suivi de projets)

– design de produits et services, notamment sur la partie « prototypage » et « test » des missions d’innovation.

Compétences requises

Vous suivez une formation en design (web, graphique, produits).

> Vous bénéficiez d’une certaine aisance graphique et appliquez une démarche systémique, qui intègre les usages, l’écosystème et le contexte actuel.

> Vous parvenez à synthétiser un univers complexe pour le rendre compréhensible et accessible.

> Vous maîtrisez la suite Adobe, les outils de conception et rendu 3D.

> Le petit plus… Idéalement, vous êtes sensible aux concepts comme le biomimétisme, l’upcycling, le cradle-to-cradle, l’économie bleue ou enfin l’économie circulaire.

Merci de nous envoyer votre CV, lettre de motivation et portfolio avec les projets qui vous semblent les plus pertinents pour montrer votre motivation à nous rejoindre à hello (at) wiithaa (point) com Nous sommes disponibles par mail pour toute question.

Enregistrer

Enregistrer

Les ressources de l'upcycling

Pourquoi et comment repenser son business model en 2017 ? 1

Présentation complète à découvrir sur SlideShare, et en bas de cet article.

Alors même que les entreprises et administrations publiques commencent à prendre conscience de la nécessité de repenser leurs modes de production, consommation et gestion, les freins restent nombreux et les stratégies peu diversifiées.
Nombreuses sont les organisations à parler d’efforts d’éco-conception ou de recyclage, pour garantir une valorisation de la matière ou des composants en fin de vie. Néanmoins, chez Wiithaa, nous pensons que l’économie circulaire va au delà de ces solutions, qui finalement ne repensent pas le problème à sa source ni n’appréhende la complexité du système, mais visent uniquement le résultat. Une transition efficace ne semble pas se trouver – uniquement – dans ces actions.

Nous sommes convaincus que ce qu’il faut éco-concevoir ce ne sont plus les produits mais bien les modèles économiques.

Portés par une vision à la rencontre du biomimétisme et du design thinking, nous sommes convaincus que ce qu’il faut éco-concevoir ce ne sont plus les produits mais bien les modèles économiques.

Pour saisir l’intégralité des opportunités de l’économie circulaire, et assurer une résilience des activités, nous devons concevoir des modèles économiques, plus inclusifs, durables et dynamiques.

Remontons quelques années en arrière. En 2008, Alexander Osterwalder publie un ouvrage dans lequel il propose un canvas destiné à travailler la proposition de valeur, les infrastructures, les clients et les finances d’une entreprise ou d’un produit, pour l’aligner avec des flux financiers rentables.
Il conceptualise l’idée de modèle économique pour mettre à disposition du plus grand nombre, sa méthode. Seulement 9 ans plus tard, cet outil a été téléchargé plus de 5 millions de fois et servi à la création et au pivot de nombreuses structures. Et ceci à juste titre car le Business Model Canvas est un outil puissant, qui permet de comprendre, analyser, améliorer, transformer… la proposition de valeur de l’entreprise.
Néanmoins, cet outil est limité, dans ce qu’il reste ancré dans une économie linéaire, proposant de structurer les modèles économiques de manière simplistes, sans aller beaucoup plus loin que les intérêts financiers pour l’entreprise. 
Cet outil répond aux objectifs de rentabilité d’une économie linéaire, où les ressources ne sont pas optimisées à plusieurs niveaux de la chaîne, représentant une perte de valeur aussi bien pour l’entreprise que pour l’ensemble de son écosystème. Face à ce « gâchis », nous comprenons l’opportunité économique proposée par l’économie circulaire, mais également, son intérêt sociale et environnementale.

« Un modèle économique (ou business model) décrit les principes selon lesquels une organisation crée, délivre et capture de la valeur. »

Si nous repartons de la définition du modèle économique de Osterwalder, il est important d’étoffer la notion de « valeur » pour mettre en avant la valeur globale et systémique proposée par l’économie circulaire, en opposition à une valeur seulement économique et individuelle.

Repartons du cas d’entreprise Nouvelle Attitude, une filiale du groupe La Poste.

En 2011, l’entreprise d’insertion agréée spécialisée dans le recyclage de papier se voit rachetée par le groupe français La Poste, pour co-créer le service aux entreprises et collectivités : Recy’go.
L’objectif est double : optimiser les flux retours des camions La Poste, qui repartent à vide, et diversifier leur offre avec un service de collecte et gestion des déchets papiers.

A travers cette offre, La Poste a repensé son modèle pour développer de nouveaux partenariats et proposer une offre holistique, aux retombées économiques, sociales et environnementales positives. En plus de garantir son cœur de métier en enrichissant le métier de postier, elle propose désormais un service complet de gestion des déchets papiers qui lui permet d’assurer la durabilité de sa source première de revenu tout en en créant de nouvelles, grâce à la vente des papiers récupérés aux papetiers. Une fois le papier collecté, il est trié par des salariés en insertion avant d’être délivré aux dits papetiers qui, à leur tour, re-fabriquent le papier pour qu’il soit distribué.
Grâce à ce nouveau service, le Groupe La Poste créé une boucle vertueuse résiliente, qui bénéficie aussi bien à la croissance de la structure qu’à ses partenaires clés et son environnement. La valeur créée est partagée et permet de garantir une optimisation des flux de matières et de produits, dans la fabrication et distribution de papier.
La Poste a repensé l’intégralité de son modèle économique à toutes les étapes du cycle de vie du papier, aussi bien en terme de ressources à capturer que d’activités clés, pour répondre à sa mission de « transmission de l’information ».

Cette solution sous entend la nécessité de repenser nos manières de coopérer, innover et penser.

« On ne résout pas un problème avec les modes de pensée qui l’ont engendré. »

En tant qu’entreprise, association ou collectivité, si nous souhaitons répondre aux problématiques actuelles de notre société et innover dans un monde changeant et incertain, il ne semble plus adapté de voir les produits ou les services comme l’objet causal de ces enjeux, pour les rendre plus légers ou moins énergivore. En effet, c’est la manière dont nous les avons pensés et replacés – ou non – dans le système au sein duquel ils naissent et évoluent, qui met en péril l’avenir de notre économie et de notre planète.
 Pour passer d’une économie forte consommatrice de ressources, où les organisations fonctionnent verticalement avec une pensée court-termiste et non inclusive, à une économie qui soit porteuse de nouvelles opportunités économiques, sociales et environnementales, il est nécessaire de repenser le modèle économique. En réfléchissant, ensemble, à la bonne manière de capturer la valeur et de la distribuer, en prenant en compte les externalités créées à tout point de vue, nous parvenons à construire une proposition de valeur qui soit positive et qui ouvre un champ de nouvelles opportunités à chaque étape de sa construction.

Chez Wiithaa, nous avons créé une méthodologie pour vous permettre de passer à l’action : Le Circulab.
 Grâce à des outils ludiques et collaboratifs, le Circulab vous permet de contextualiser l’éco-système de votre organisation pour proposer des solutions résilientes, et par définition pérennes. Notre approche, est celle de la coopération plutôt que de la compétition. Les outils proposés vous invitent à briser les silos et ouvrir le dialogue en coopérant au sein de votre structure, mais également avec vos partenaires clés. Et ceci car l’économie circulaire suppose une implication et une motivation de la part de l’ensemble des parties prenantes, pour plus de performance.
Vous pouvez ainsi, créer, capturer et délivrer une valeur qui soit globale et partagée.
Pour une économie circulaire, il faut repenser le business model en impliquant les parties prenantes clés et en intégrant le changement.
Le Circulab, une approche qui est aujourd’hui proposée par plus de 35 consultants indépendants répartis dans 12 pays dans le monde, vous permet de concevoir ces modèles économiques qui régénèrent l’économie et les écosystèmes en intégrant véritablement la Responsabilité Sociétale de l’Entreprise. En repensant votre business model grâce à ces outils dynamiques, collaboratifs et stratégiques, vous pouvez enfin faire le choix de passer d’une économie linéaire à une économie circulaire.


Business model et économie circulaire from Wiithaa, design + circular economy
Pour aller plus loin, vous pouvez d’ores et déjà télécharger les outils ou demander une demo.

Rencontres

#6 – Les Pionniers de l’économie circulaire – Les Happycuriennes 0

Après plusieurs mois d’attente, voici un nouvel épisode des pionniers de l’économie circulaire, réalisé en partenariat avec Rebecca Narewski, consultante en Marketing et membre du Circulab network.

Après les consommables d’impression et les produits en cuir de saumon, c’est au tour de la cosmétique biologique et durable d’être mise en lumière. Carole Marchais, cosmétologue et fondatrice de Les Happycuriennes, nous présente sa gamme de soins 3en1 éco-socio-conçue.

C’est dans son espace de travail dans le 11ème arrondissement de Paris que nous sommes allés à la rencontre de Carole, jeune entrepreneuse de la région Aquitaine, qui a développé il y a 1 an une marque de produits de beauté anti-stress 360°, destinée aux femmes soucieuses de leur santé mais également de leur environnement.

Ce sont près de 700 femmes qui ont participé à la conception de cette gamme dès l’amont du projet; amies, collaboratrices ou futures consommatrices, ont partagé leurs besoins, conseils et expertises à chaque phase de la création, du choix des packagings au test des produits.
« Les Happycuriennes » deviennent plus que des consommatrices mais bien des partenaires clés, impliquées dès le début du projet.
C’est toute une communauté qui fait vivre la marque, comme le prouvent ces témoignages sur le site Les Happycuriennes.

« L’économie circulaire c’est considérer l’ensemble du cycle de vie du produit »

En plus de nous proposer une gamme de soins co-conçus, Carole a travaillé sur l’innocuité des produits et l’extraction des plantes en condition douce ce qui permet aux producteurs locaux d’utiliser moins d’énergie et de préserver la qualité des huiles et des actifs qui proviennent de tous les végétaux. De cette manière, elle intègre dès la phase conception les principes de l’économie circulaire en garantissant une optimisation des ressources, pour des produits de qualité.
Pour la phase usage, c’est la haute concentration des produits en actifs  et leur usage 3en1 qui permet de réduire l’impact environnemental tout en garantissant une efficacité optimale.

Enfin, c’est grâce à un partenariat avec TerraCycle que Carole souhaite garantir la valorisation en fin de vie de ses emballages. Cette solution n’a pourtant pas été la plus simple à mettre en place. Effectivement, bien qu’elle en ait anticipé la fin de vie grâce à l’utilisation du polypropylène, 100% recyclable, elle s’est confrontée aux contraintes de la filière recyclage « classique » qui ne trie que les contenants ayant une taille supérieure à un format A5. C’est donc pour garantir le recyclage de ses emballages de 30ml, que la fondatrice met en place des bornes de collecte chez les distributeurs Les Happycuriennes ou dans des tiers lieux. Elle cherche d’ailleurs des lieux pour accueillir ses points de collecte. Une fois les emballages collectés, elle les remet à TerraCycle pour traitement dans leurs de filières de traitement spécifiques, en Lozère.

Les Happycuriennes c’est un rituel de beauté minimaliste, à la fois bon pour la peau et bon pour l’environnement.

Les Happycuriennes est une entreprise dont nous parlerons lors de la formation « Activer l’économie circulaire dans la cosmétique-beauté« , avec Rebecca Narewski.

Découvrez d’autres pionniers de l’économie circulaire sur le blog, ou en souscrivant à la newsletter.

Raison d'être

Nous reconnecter avec la nature 0

Le 29 septembre, Nicolas était invité par le Celsa pour participer à la 2ème édition de leur TEDx. Il était entouré de 7 personnalités singulières, passionnantes et inspirantes, aux parcours étonnants pour aborder le thème « Basculez dans l’optimisme ».
Il a profité de cette invitation pour parler du Wiithaa, évidemment; une icône de l’optimisme, à la fois créatif et opportun.

Le Wiithaa, pour ceux qui ne le connaitrait pas déjà, c’est ce petit oiseau d’Australie qui compte parmi les « 10 espèces les plus surprenantes ». Ce qui le différencie ? Au delà de sa polygamie, le Wiithaa est un artiste, un designer et un décorateur d’intérieur. Il n’est pas très beau mais il parvient à séduire ses nombreuses conquêtes en construisant des nids qui lui servent de scène de chant : plus son nid est beau et efficace, plus il est convaincant. Ce qui est incroyable, c’est que depuis quelques années, en se réappropriant les pailles, les plastiques et les bouchons qui ont envahi son environnement, le Wiithaa arrive de mieux en mieux à ses fins.

 

Ce génie de la nature nous inspire et nous pousse à basculer dans l’optimisme pour voir plus grand, plus durable et plus vertueux.
Le Wiithaa innove avec toutes les ressources à sa disposition, et ces ressources étant amenées à se raréfier ou à se modifier, il n’a d’autre choix que de s’adapter au changement.
Si nous transposons sa stratégie à notre économie, cela nous montre le champ d’opportunités qui s’ouvre à nous si nous :

  • Considérons tout ce qui nous entoure comme des ressources.
  • Faisons disparaître la notion même de déchets.
  • Optimisons toutes les ressources locales.

On peut alors entrevoir la possibilité d’un nouveau modèle, un modèle plus durable. Et ce nouveau modèle, cette nouvelle économie existe déjà, elle s’appelle l’économie circulaire !

« Les solutions inspirantes et innovantes sont toutes autour de nous. »

L’économie circulaire c’est ce système qui est basé sur une gestion efficace des ressources, en accord avec les 3,8 milliards d’année de Recherche & Développement de la nature. Les principes de gestion qu’elle suppose vont au delà du recyclage, qui limite aujourd’hui à 30% le tri des déchets, pour aller chercher des solutions plus innovantes et collaboratives.
Aux Philippines, par exemple, une entreprise créée de nouveaux revenus pour les pêcheurs locaux et dépollue la mer en valorisant des filets de pêche en fil de moquette. Et la bonne nouvelle ? C’est que ce produit est de qualité et rentable.
Au Danemark c’est une ville entière qui coopère dans la mutualisation et la réutilisation de leurs ressources, comme le font les forêts.

Pour que ces écosystèmes soient résilients, de la même manière que le Wiithaa s’adapte au changement pour ouvrir sur un champs d’opportunité, il faut communiquer, se parler et surtout, penser global et systémique.

Cette approche globale ? c’est le design collaboratif, qui nous donne le pouvoir de redessiner, tous ensemble, un nouveau monde où l’homme, l’économie et la nature sont réconciliés.

 

Évènements

Comment l’économie circulaire change positivement les business models ? 0

Dans le cadre du Disruptive Innovation Festival, organisé par la fondation Ellen Mac Arthur, Wiithaa et l’ENSCI ont invité les entreprises Armor et Interface pour faire part de leur retour d’expérience et répondre à la question Comment l’économie circulaire change positivement les business models ?

Après une brève introduction sur le sujet, les intervenants ont fait part de leurs réussites mais aussi de leurs difficultés dans cette transition. Enfin, le public sur place mais aussi en ligne sur le site du DIF a été invité à poser leurs questions aux intervenants.